• Un soir comme certains autres

    Je ne sais pas quoi dire, je ne sais pas quoi faire. Tu as dit que je ne t'aime pas, que je t'emp?che de voir tes amis, que je t'emp?che de vivre en fait. Je t'oblige ? venir me parler chaque soir, mais toi tu n'en ressens pas le manque alors si ?a te d?range. Je n'ai pas un manque aussi fort chaque soir, mais en ce moment il y a les partiels et j'ai des mauvaises journ?es. Tant pis. Tu n'es pas oblig? d'?tre toujours l? pour moi. Je dois me d?tacher un peu plus de toi.. C'est triste. Je ne sais pas o? ?a me m?nera ? force de me travailler pour me d?tacher chaque fois plus de toi. On verra.

    Il est 1h30 du matin, j'aimerais r?pondre ? ton sms, mais tu a dis que mes longs messages te font chier, que tu ne peux jamais r?pondre, que tu ne t'en souviens pas, que je parle juste pour parler. Alors j'?cris ici, au moins t'es pas oblig? de le lire, je prends pas toute la place dans ton portable.. Bref que du bonheur pour toi.
    Tu dis que tu passes toujours pour le m?chant dans le couple.. C'est marrant, car moi je me sens un peu pareil. En plus de ?a, j'ai fait des efforts, je me suis d?tach?e un peu de toi par exemple. J'ai fait d'autres efforts aussi, m'enfin c'est toi qui dit que faut pas compter, ou plus fermement tu me dis "vas-y compte !" Comme c'est agr?able dit comme ?a... C'?tait pas ?a que je voulais dire, mais plut?t que tu remets en cause chacune de mes paroles, de mes gestes du coup, en brisant par une phrase tous les efforts que j'arrive ? faire. Comment dois-je le prendre, et comment dois-je r?agir, me sentir, r?pondre surtout ? Comment te parler apr?s ?a ? Quoi que je dise, rien n'est assez bien ? tes yeux. Rien n'est plus vrai car tout est rompu par tes paroles. Je ne sais pas quoi dire, je ne sais pas quoi faire, mais j'?cris ici. Dois-je te dire que j'ai ?crit ici ? Qu'importe, ?a va changer quoi pour moi ? Rien..

    J'aimerais ajouter que "je suis minable" ? la fin de ton message fait vraiment tache. Je t'avais bien dit de ne pas te rabaisser car moi je ne t'insulte pas, je te ne compare pas ? un connard, un minable ou autre. Je ne t'insulte pas pendant qu'on parle de ce genre de chose. M'enfin.. Que dire ? Et quand je te dis que pour que je te laisse raccrocher, j'aimerais avoir un peu de calme dans le ton de ta voix, j'ai un ton encore plus ?nerv? avec des mots encore plus blessants. M?me "je t'aime" a r?ussi ? t'?nerver.
    J'ai un partiel demain et j'?cris quand m?me sur le blog malgr? qu'il est tard. Je me demande, j'h?site, est-ce que je t'envoie un message ? J'avais dit que je ne le ferais pas, mais le vrai probl?me c'est "que vais-je te dire dedans". Si je r?ponds ce sera long, si je r?ponds court, tu n'auras pas de r?ponse ? ce que tu dis. Si je ne r?ponds pas je vais aussi me le reprendre en pleine face. Alors ? De quelle fa?on vais-je choisir d'?tre bless?e.

    Pourvu que demain je ne refasse pas la m?me chose qu'aujourd'hui. Pourvu que demain je ne me sente pas comme aujourd'hui et que je n'ai pas de coup de blues en pleine arriv?e en cours pour un partiel. Ce matin, rien n'?tait plus important ? mes yeux que de fuir la classe. A mon arriv?e, les larmes aux yeux, les larmes coul?es d?j?, je n'avais comme seule envie, que de partir de la salle pr?cipitamment pour aller verser mes larmes dans un coin o? personne ne me verrait. J'ai beaucoup de pression. Je me sens parfois seule. Je fais ?norm?ment de choses de travers et quand ? cela, quand ? mon mal ?tre de culpabilit? s'ajoute l'?chec des partiels, je ne peux que laisser ces larmes couler sur mon visage en esp?rant que personnes ne les voit. Finalement, j'ai pris sur moi, j'ai r?ussi ? me concentrer sur le tableau, sur ce que disait la prof. Finalement, j'ai fait ce partiel et m?me si j'ai 1/20, il est fait et je sais ? quoi ressemble un partiel de diachronie si je suis au rattrapage ou que je redouble.

    Alors ? Je vais sans doute te r?pondre. Et oui j'ai dit "sans doute" ui ui je l'ai dit.. Quel crime ? tes yeux. Il faudrait te demander ce que tu voudrais que je dise ? Mes r?ponses ne te vont pas et sans r?ponse tu t'?nerves aussi. Quand je suis bloqu?e et que je ne sais pas quoi dire, quand je suis bless?e et que j'ai juste envie de pleurer ou de te dire "mais ferme ta gueule" ou juste "s'il te pla?t arr?te de me faire mal", je n'arrive pas ? r?pondre ? ce que tu dis car l'?motion est trop forte, bien que parfois, ou rarement m?me, j'arrive ? passer outre tes mots. Cela n'arrive que lorsque tout est favorable autour de mon couple. C'est tout le contraire en ce moment.

    J'ai besoin de soutiens, j'ai besoin de toi, mais tu ne sais que me dire "il faut toujours que je sois l? pour toi". L? de m?me que pour le message, dois-je venir sur msn demain ? Que je ne sois pas-l? alors que toi si, ?a t'arrangerai. De la tranquillit?.. Peut-?tre que ne pas venir sur msn du tout t'arrangerais encore plus. J'aimerais ne pas aller voir, j'aimerais r?sister et ne pas aller voir si tu vas te connecter demain. J'aimerais faire celle qui n'existe pas des fois, mais je n'aimerais pas que tu me le fasses. J'aimerais car je voudrais savoir si tu viendrais ? m'appeler, ? voir si j'existe encore. J'aimerais, mais je n'arrive pas ? ne pas aller voir si tu es ou pas sur msn. Je ne voudrais pas que tu ne me donnes plus aucune nouvelles et donc je t'en donnerai toujours. Et donc si je suis ma logique, et bien ui, je ne vais pas r?sister et je vais r?pondre ? ton message. Comme c'est triste, je suis soumise.. Soumise par la peur que tu me fasses souffrir en te comportant de la fa?on que je voudrais le faire avec toi. J'en souffrirais et c'est alors la peur de souffrir qui me retient de r?agir de certaines fa?ons. C'est ensuite parce que je n'aime pas te faire du mal que je ne le ferais pas. Bien ?videmment, la peur.. est toujours dominante chez moi ? moins d'?tre boost?e ? deux cents ? l'heure et sous pression. La pression , lorsqu'elle s'accumule finit par me rendre immunis?e de tout, mais monte toujours discr?tement en moi jusqu'? me faire pleurer au moment le plus inappropri? qu'il soit, comme ce matin en arrivant en classe, l? o? tout le monde me voit. La pression, pendant ce moment d'immunisation (oh bah ?a alors, j'ai une impression de d?j? vu o? je me vois en train d'?crire "la pression, pendant ce moment d'immunisation".. c'est marrant comme impression), me rend comme invincible de chaque mot, chaque chose qui me pend au nez. Demain j'ai un partiel, vendredi un gros gros partiel, je n'ai rien r?vis? et tout va bien, mais int?rieurement j'ai peur. Seulement cette peur est trop profonde pour ressortir pour l'instant. Je m'arr?te, je pourrais en dire des choses mais je m'arr?te. Il est 2h du matin. Et voil?, un article dans le vent, je me suis vid?e sur l'?cran, personne ne le lira, mais personne n'a ce blog ? par toi. Toi-m?me tu ne le liras pas avant qu'il soit r?volue cet article. M'enfin, je dois m'y faire. Le blog est un support que notre couple n'utilise plus. L'oral est un canal que nous ne pouvons utiliser par manque de cr?dit et d'argent pour payer l'illimit? envers l'autre ? Msn, tu n'aimes pas, mais c'est pourtant instantan? pratiquement. Tant pis.. Il faut que j'aille dormir. Bonne nuit !
    « .Réincarnation »

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Mars 2010 à 00:52
    Non, c'n'est pas un article dans le vent...
    On s'en est beaucoup dit ce soir, et ce week-end aussi. La fatigue m'enl?ve la force d'?crire, mais le coeur y est. Reprendre des forces, il le faut, pour toi, pour moi, et pour nous =).
    Je t'aime.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :